Plateforme de téléchargement

Plateforme de téléchargement
Docbac

Rechercher dans ce blog

Chargement...

lundi 12 juillet 2010

La philosophie de l'utopie chez Rabelais d'après le chapitre 55 de Gargantua, les corrigés du bac, site de révision

La philosophie de l'utopie chez Rabelais d'après le chapitre 55 de Gargantua


extrait du chapitre 55 de Gargantua
Une philosophie de l'utopie

Le corrigé fait 3 pages word, il comprend une introduction, un développement en trois parties avec chacune deux arguments, des transitions une conclusion avec ouverture.

Texte
Gargantua, chapitre 55

Toute leur vie était ordonnée son selon des lois, des statuts ou des règles, mais selon leur bon vouloir et leur libre arbitre. Ils se levaient quand bon leur semblait, buvaient, mangeaient, travaillaient, et dormaient quand le désir leur en venait. Nul ne les réveillait, nul ne les contraignait à boire, à manger, ni à faire quoi que ce soit. Ainsi en avait décidé Gargantua. Pour toute règle, il n’y avait que cette clause, Fais ce que voudras; parce que les gens libres, bien nés et bien éduqué, vivant en bonne compagnie, ont par nature un instinct, un aiguillon qui les pousse toujours à la vertu et les éloigne du vice, qu’ils appelaient honneur. Ces gens-là, quand ils sont opprimés et asservis par une honteuse sujétion et par la contraint, détournent cette noble inclination par laquelle ils tendaient librement à la vertu, vers le rejet et la violation du joug de servitude; car nous entreprenons toujours ce qui nous est interdit et nous convoitons ce qui nous est refusé.

C’est cette liberté même qui les poussa à une louable émulation: faire tous ce qu’ils voyaient faire plaisir à un seul. Si l’un ou l’une d’entre eux disait: «Buvons», ils buvaient tous; s’il disait:»Jouons», tous jouaient; s’il disait: «Allons nous ébattre aux champs» tous y allaient. S’il s’agissait de chasser à courre ou au vol, les dames, montées sur de belles haquenées suivies du palefroi de guerre, portaient sur leur poing joliment gantelé un épervier, un laneret ou un émerillon. Les hommes portaient les autres oiseaux.

Ils étaient si bien éduqués qu’il n’y avait parmi eux homme ni femme qui ne sut lire, écrire, chanter, jouer d’instruments de musique, parler cinq ou six langues et y composer, tant en vers qu’en prose. Jamais on vit de chevaliers si vaillants, si hardis, si adroits au combat à pied ou à cheval, plus vigoureux, plus agiles, maniant mieux les armes que ceux-là; jamais on vit de dames si fraiches, si jolies, moins acariâtres, plus doctes aux travaux d’aiguille et à toute activité de femme honnête et bien née que celles-là.

Développement

INTRODUCTION
Le texte que nous allons étudier est un extrait du chapitre 25 de Gargantua, écrit en 1534 par François Rabelais, écrivain humaniste de la renaissance et auteur de Pentagruel, œuvre condamnée la même année par la Sorbonne.

Frère Jean, ayant remporté des victoires et fait preuve de grand courage, a obtenu comme récompense de la part de Grandgousier le droit de fonder une Abbaye. Le chapitre 55 nous présente la vie à l'Abbaye de Thélème que Gargantua a fait construire selon le goût de frère Jean

I - Une vision utopique de la société
1 - Des qualités sociales
2 - Des qualités morales

Transition

II - Un nouveau concept de l'espace religieux
1 - La nature de l'homme repensée et remise en question
2 - Inversion des valeurs

Transition

III - Une utopie
1 - Une utopie paradoxale
2 - Les motifs de ce choix

Conclusion avec ouverture

Les corrigés du baccalauréat, des analyses philosophiques et littéraires complètes.

Descriptif posté depuis le forum pédagogique



Autres études sur Rabelais en philosophie

la philosophie du prologue de gargantua
la philosophie de l'utopie dans le chapitre 55 de Gargantua, Rabelais
La philosophie de l'éducation dans le chapitre 21 de Gargantua


Autres études sur Rabelais en littérature

Le prologue de Gargantua
étude du chapitre 21
étude du chapitre 25
étude du chapitre 44
étude du chapitre 55



_________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire